Périactine : Ordonnance Obligatoire pour Stopper l’Usage Détourné

L’ANSM met en garde contre l’usage croissant de cet antihistaminique, utilisé de manière détournée pour gagner du poids à des fins esthétiques.

Alarmante Popularité du Périactine : Quand les Médicaments Détournés Menacent la Santé

« Malgré les actions de sensibilisation menées depuis 2022, les comportements inappropriés persistent ainsi que les dangers qui y sont liés. La révision des modalités de prescription et de délivrance vise à restreindre cet usage détourné », affirme l’Agence de sécurité du médicament.

« La Silhouette de Kim Kardashian »

C’est notamment la populaire influenceuse Poupette Kenza qui a propagé cette tendance de consommation de Périactine, un médicament conçu pour stimuler l’appétit et favoriser une prise de poids, principalement au niveau des fesses. Sur TikTok, l’effet a été immédiat. « Vous pouvez prendre au moins trois kilos en moins d’un mois », clame l’influenceuse. « L’objectif est de sculpter une taille fine pour imiter la silhouette en sablier emblématique de Kim Kardashian ».

Cette mésaventure est confirmée par le docteur Isabelle Yodjian, directrice médicale à l’Agence de sécurité du médicament. « Cette substance est principalement employée par de jeunes femmes désireuses d’augmenter le volume de leurs fesses et de leur poitrine. Cet effet est provoqué par un accroissement de l’appétit dû à la molécule, mais cette prise de poids n’est pas toujours localisée où elles le souhaitent », met-elle en garde.

Des Effets Secondaires Graves

Ce médicament est un antihistaminique destiné à traiter les conjonctivites ou les rhinites allergiques. Et comme tout médicament, il peut entraîner des effets secondaires : « Nous avons reçu des signalements de conséquences graves, comme des convulsions, de l’agitation, une somnolence excessive, une rétention urinaire, une tachycardie, de la constipation et une sécheresse des muqueuses. Ces effets ne doivent pas être pris à la légère », poursuit la directrice médicale de l’Agence de sécurité du médicament.

D’autres influenceuses sur TikTok cherchent à dissuader cette pratique nuisible. « Les filles, j’en prenais 5 ou 6 par jour, j’étais dépendante, je me trouvais trop maigre et je voulais absolument prendre du poids. En un mois, j’ai pris presque dix kilos », raconte une influenceuse sur TikTok. « Mais ce médicament ruine votre vie, il vous endormira constamment, vous mettra hors d’état, vous aurez des vertiges et des nausées. C’est extraordinairement nocif pour le foie, il le détruit ». Récemment, l’ANSM avait déjà dû intervenir pour limiter le détournement d’antidiabétiques utilisés comme coupe-faim.

Les préoccupations inhérentes à l’usage détourné du Périactine soulèvent des questions plus larges sur l’influence des réseaux sociaux sur la santé publique. La quête de la « perfection » physique, alimentée par des représentations souvent irréalistes des corps, pousse de nombreux jeunes à altérer leur corps au détriment de leur santé en suivant aveuglément les conseils de célébrités des réseaux sociaux.

Les autorités rappellent l’importance d’une approche raisonnée et médicale de la prise de médicaments. Toute substance active comporte des risques et des effets indésirables qui ne doivent pas être sous-estimés. La vigilance et les restrictions imposées aux conditions de prescription et de délivrance de médicaments deviennent donc essentielles pour prévenir de telles dérives.

L’éducation et la sensibilisation restent des armes puissantes contre ces phénomènes. Les jeunes doivent être sensibilisés aux dangers de l’auto-médication et encouragés à adopter des modes de vie sains qui privilégient une alimentation équilibrée et une activité physique régulière plutôt que des solutions instantanées et dangereuses.

Dans cette ère numérique, l’influence sur la santé ne doit pas être laissée aux influenceurs, mais régie par des professionnels de la santé qui peuvent fournir des conseils éclairés et responsables. Pour contrer ces influences dangereuses, un renforcement de la surveillance des contenus numériques et une collaboration accrue avec les plateformes sociales peuvent être une voie prometteuse.