BPCE vise le top 4 des assureurs français d’ici 2030


En dépit des conditions politiques incertaines en France, la société bancaire démontre une grande détermination et projette d’élargir ses activités.

Le Long Terme au Cœur des Stratégies Bancaires : BPCE Trace sa Vision 2030

Les échéances politiques et les débats en cours suscitent de vives interrogations. Cependant, pour les entrepreneurs et dirigeants de grandes entreprises, l’essentiel est de garder le cap sur le long terme. C’est en tout cas le message fort du président du directoire de BPCE, Nicolas Namias. Toujours en poste à la tête de la Fédération Bancaire Française pour quelques mois encore, il a présenté le 26 juin dernier, le nouveau plan stratégique de BPCE intitulé « Vision 2030 ».

Se renforcer dans le secteur de l’assurance

L’un des principaux objectifs de ce plan est de consolider la présence de BPCE dans le secteur de l’assurance. L’ambition est de capter une nouvelle clientèle, notamment en régions, et de proposer des services innovants aux clients existants. Cela intervient dans un contexte de risques accrus pour les entreprises et les particuliers, tant sur le plan de la sécurité que des aléas climatiques. Visant à devenir d’ici à 2030 la banque d’un Français sur quatre, BPCE souhaite augmenter son portefeuille de deux millions de clients supplémentaires. Cet objectif est dans la continuité de la fusion en 2009 des Banques Populaires et des Caisses d’Epargne, deux entités historiques qui remontent à plus de 200 ans.

En termes de ressources financières, BPCE se positionne comme le quatrième acteur bancaire de la zone euro avec 71 milliards d’euros de capitalisation. En France, elle est le deuxième groupe bancaire et aspire également à devenir la banque du sport. Actuellement, BPCE détient près de 20 % des parts de marché des 128 000 entreprises sportives françaises. Le groupe est également propriétaire du trimaran Maxi Banque Populaire, skippé par Armel le Cléac’h, qui a récemment transporté la flamme olympique de Brest aux Antilles.

Les avantages du système coopératif

BPCE repose sur un modèle coopératif, ce qui soulève la question de sa compétitivité face aux grands réseaux bancaires traditionnels comme BNP-Paribas ou Société Générale. Contrairement à ces établissements cotés en Bourse, une banque coopérative ne subit pas les pressions des actionnaires et du marché des actions. En effet, les « actionnaires » d’une banque mutualiste sont en réalité ses clients, désignés comme « sociétaires ». Chaque client détient des parts de la banque et voit donc sa relation avec l’institution financière fortement personnalisée. Cette structure coopérative permet de se concentrer sur le rendement à long terme sans être contraint de verser des dividendes.

Toutefois, cela ne signifie pas que BPCE n’est pas tournée vers la rentabilité. La banque se doit d’être compétitive et de générer des profits pour assurer son développement. Le modèle mutualiste peut offrir un atout considérable dans un secteur bancaire soumis à une concurrence mondiale de plus en plus féroce.

Ainsi, le groupe BPCE continue de regarder vers l’avenir avec son plan stratégique « Vision 2030 », en s’appuyant sur ses racines coopératives pour se différencier et se positionner parmi les leaders du secteur bancaire européen.